Strange Cantbury


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Staff annonce avec regret la fin de Strange Cantbury.
Nous vous remercions tous de votre présence, de votre inscription.
Nous sommes a disposition pour n'importe quelle question.
Un message vous sera envoyé à chacun d'entre vous, et un topic sera ouvert, par rapport à ce sujet.
Nous sommes désolées, Invité
mais le forum est actuellement en hiatus.

Partagez | 
 

 L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve

Aller en bas 
AuteurMessage
Satine P. Myers
    I scratch, I bite, I kill, I just play

avatar

Messages : 510
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 23

You and your life...
Relations:
Humeur:
80/100  (80/100)
Race, et ce qui vous concerne...:

MessageSujet: L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve   Sam 22 Aoû - 2:47

L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi



Satine & Steve




    Boueux. Le mot m'échappait depuis le début du repas. Espèce de mirage lequel nous désespérait au point d'en hurler. Mais voilà qu'il m'apparaissait, comme si il était d'une flagrante évidence, comme si il avait toujours été là, sous mes yeux.
    Voilà la seule distraction qui m'était autorisée ce soir. Penser. A des futilités effarantes. Futilités comme la couleur des yeux de l’humain qui se dressait devant moi. Car cet abruti, Evan, ou un prénom approchant, peu importe, débitait un flot de paroles depuis près de deux heures qui auraient sans nul doute fait concurrence au plus puissant des somnifères. Ô mon Dieu, si vous existez, accordez moi la faveur d'une crise cardiaque. Maintenant, si possible.
    Vissée sur mon siège au beau milieu du Piers, je regrettai de plus en plus amèrement mon invitation, synonyme d'incitation ouverte au suicide. Evan, très estimé simulâtre de séducteur humain, détenait, paraissait-il, des informations précieuses sur les dons d’Ellana, et sa stratégie. De loin, cela semblait intéressant, mais l’ennui gagnant peu à peu ma personne créait un étrange picotement sur ma langue qui me rongeait, me priant de lui hurler ses quatre vérités. De temps à autres, j’esquissai un sourire, sifflai un « Ah bon ? », ou acquiesçai, sans savoir ce que j’approuvai.
    Une chance, qu’Evan ignorât mon identité. Une chance, que mon charme l’ait convaincu d’accepter ce dîner. Une chance, que je sois patiente.
    Je me tirai un instant de cette torpeur bien-aimée, histoire de ne pas perdre le fil de la soirée, que j’avais perdu voilà bien longtemps, avant de replonger dedans, m’y enfonçant avec un plaisir que je ne lui connaissais guère.
    Et nous n’étions qu’à l’entrée.
    Super...
    J’ignorai toujours comment j’allais aborder le sujet, mais je ne repartirai pas sans mes informations, ce n’était même pas pensable.


    -... regroupe toutes les couleurs. En revanche, le noir, qu’on considère souvent comme une couleur, n’en est...

    Après le véritable déroulement du décès de Molière, et l’agriculture en Thaïlande, j’avais le droit au couleurs. Great. L’évidence que cet homme n’avait jamais ouvert une de ces choses que l’on appelle communément bouquin aurait sauté aux yeux de n’importe qui possédant un QI de minimum 90. Lui ne devait même pas atteindre les 80. Il avait tout appris par coeur, un peu comme Joey dans Friends.
    Luttant contre le sommeil, j’appuyai mon visage sur ma paume, jouant distraitement avec mon saumon du bout de ma fourchette.


    -...si tu savais combien de personnes peuvent les confondre, c’est inquiétant non ?

    Apparemment, Monsieur attendait une réponse. Je levai donc les yeux, secouant nonchalamment la tête.

    -Oui, un peu comme Simon Buret et Olivier Coursier, personne n’est capable de dire qui est qui...

    -Hein ?


    Levant la main, je lui indiquai d’abandonner, avant que la discussion ne s’élève au niveau du 100 minimum de QI requis.
    Me laissant bercer par le son monotone de ses paroles, je me rendormis, mon regard balayant incessamment la salle, s’arrêtant de temps en temps sur quelqu’un, changeant de personnes soudainement, puis revenant dessus. C’est ainsi que ce regard se posa sur cet homme. Au fur et à mesure que je l’observai, je me rappelai de ces traits. Doux, l’air gentil, souriant. Puis, la chose me frappa, telle une enclume. Je l’avais déjà vu. Plusieurs fois. Une impression d’épiage constant par ses prunelles grises, rappelant étrangement la brillance surnaturelle du métal. Tout à coup, ce métal croisa l’océan de mes yeux. Un regard perçant. Un regard troublant. Oubliant soudainement mes précieuses informations, je me levai, susurrant un léger :


    -Je reviens dans une minute Evan, tu m’excuses ?

    Sans attendre sa réponse, je partis. L’homme au métal argenté m’accorda un dernier coup d’oeil, avant de se lever à son tour, vers la sortie. Il me connaissait. J’en étais pratiquement certaine. Il poussa la porte avec précipitation, et je l’imitai. Accélérant ma marche, j’arrivai bientôt à sa hauteur, avant qu’il n’ait pu traverser la chaussée.

    -Bonsoir.

_______________________
Please come now, I think I'm falling. It seems I found the road to nowhere, and I'm trying to escape... Creed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Jonhson

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/08/2009

You and your life...
Relations:
Humeur:
100/100  (100/100)
Race, et ce qui vous concerne...:

MessageSujet: Re: L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve   Mar 25 Aoû - 2:26

Journees ennuyeuses... Rare c'est vrai, mais quand meme presentent. Et que faire durant tous ces moments d'ennuie ? Je ne sais pas pour vous, mais moi j'aimais bien aller prendre un cafe au restaurant. Alors c'est ce que je fit. Je sorti de chez moi et me dirigea vers le retaurant Piers d'un pas nochalant. Un fois arrive la-bas, je m'assis a ma place habituelle, c'est a dire : au comptoir. Le serveur me salua et alla me demander ce que je voulais prendre, lorsque je le coupa.

-Un cafe, noir sans sucre. Merci

Il repartit sans un regard, sans doute irrite par mon ton sec, mais je l'etait beaucoup plus que lui apres tout. Mais j'etais sur que apres un bon cafe, tout cela allait passer et j'allais me sentir beaucoup mieux. En attendant que ma commande arrive, je me plaisais a observer les alentours, voir comment etaient les autres clients et oeut etre avec un peu de chances, trouver une fille qui pourrait me plaire. Je sais... Patetique... Mais on ne sais jamais quand la chance pourra nous sourire.

Alors que j'etais plonger dans mes penses, le serveur deposa le cafe que le lui avait demande. Aaaah, enfin ! Le serveur me demanda si je voulais autres choses. Je lui dit poliment, mais d'un ton legerement impatient que ce n'etait pas necessaire. Apres avoir bu une longue gorgee du precieux liquide, mon sourire reaparut. Mes yeux se mirent a parcourirent plus vivement la piece, mais il s'arreta tres vite pour plonger dans le regard ocean d'une cliente de l'autre cote de la piece. Elle etait accompagne, dommage. Mais il etait bien visible qu'elle s'ennuyait fermement.

Cela fut dur, mais je reussis a detourner le regard pour le rediriger vers ma boisson. Je la fini vite. Je lanca ensuite un dernier regard dans sa direction, deposa l'argent de mon repas puis sortit. J'allais traverser la chaussee quand on m'interpella

-Bonsoir

Je me retourna et vit avec surprise la cliente de tout a l'heure, un leger sourire eclaira mon visage.

-Bonsoir, qu'est-ce que je peux faire pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satine P. Myers
    I scratch, I bite, I kill, I just play

avatar

Messages : 510
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 23

You and your life...
Relations:
Humeur:
80/100  (80/100)
Race, et ce qui vous concerne...:

MessageSujet: Re: L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve   Ven 28 Aoû - 2:59

    L'on pourrait me juger sur beaucoup de choses, plus sombres les unes que les autres, beaucoup de défauts, beaucoup d'actes, mais l'on doit me reconnaitre une qualité. Ou plutôt deux. Déjà, je suis rapide. C'est ainsi que je le rattrapai, mon mystérieux inconnu que j'avais juré avoir déjà aperçu. Et plus d'une fois. Son visage m'était familier, comme si il se détachait parmi une foule incroyablement compacte et particulièrement étouffante. La question, éternelle et inévitable, était donc de savoir... où ? En quelles circonstances ? Me voyait-il comme la démone que j'étais, ou une blondasse sans cerveau et bonne à prendre pour un soir ?
    Ma seconde qualité, revenons y je vous prie, est sans nul doute mon charme. Je savais mieux que quiconque me glisser dans la peau de n'importe quel personnage, des plus simples aux plus complexes, pour arriver à mes fins. Et, cette nuit, mon but était d'échapper à Evan. Alors toute occasion était une excellente et inégalable excuse.
    Et ce charme fonctionna apparemment plutôt bien. Serais-je devenue modeste ? Il fonctionna à merveille. Le jeune homme aux prunelles de métal en fusion me renvoya mon sourire, le regard plus puissant et intense que jamais, le métal bouillonnant à en exploser. Je me permets de supposer que l'océan de mes iris devait probablement en faire autant.


    -Bonsoir, qu'est-ce que je peux faire pour toi ?

    Toi ? L'on se tutoyait... Bien. Cela était la preuve que j'attendais. La preuve qui me démontrait avec subtilité qu'il ignorait mon statut, si je puis le nommer ainsi.

    -Je voulais savoir si... commençai-je.

    Il cilla. Magnifiquement bien je dois dire. Mais qu'avait-il à me fixer de la sorte ? Et il n'était pas dans mes habitudes de me laisser troubler par un chien d'Ellana ! Me perdre dans mes paroles était improbable ! Impossible. Tout bonnement impensable. Il n'en avait pas le droit, ce n'était pas écrit, ni dans mes lois, ni dans les siennes.
    J'eus soudain une pensée pour Evan. Je le voyais, seul, à sa table, une assiette de saumon largement finie devant lui, une assiette de saumon tout juste remuée devant une chaise vide. Je retins presque un sourire en voyant cette image... des plus comiques. Et ce tableau, aussi dérisoire soit-il, me donna la réponse que j'attendais, la solution la plus simple :


    -...si j'étais capable de te convaincre d'avaler un second café. Noir, et sans sucre, ajoutais-je avec un nouveau sourire.

    Je replaçai alors un mèche de la teinte du blé derrière mon oreille, geste purement théâtrale, évidemment, mais si divertissant, et cillai à mon tour. Dieu, mon Dieu, bon Dieu, si je parvenais à traîner cet homme dans un café à une heure si avancée de la nuit, alors mon art serait à son apogée. Certains peignaient, d'autres jouaient, moi j'envoutais.
    D'ordinaire, j'avais toujours un but, un intérêt à gagner disons. De l'argent, des informations, ou le simple, mais incontournable, désir, et plaisir, de procurer une souffrance inqualifiable au dudit individu. Qu'il soit physique, ou encore meilleur, moral. Mais avec lui, je ne savais que faire. Bien qu'au fond, j'étais convaincue que j'avais quelque chose à gagner. Certainement pas un de mes trois éternels "fric-infos-pleasure", quelque chose de bien plus subtile. De bien plus réjouissant. Quelque chose que je suis toujours sûre d'apprécier. Et à sa juste valeur.
    Je lui tendis la main, traits imperceptibles, sourire impénétrable, regard imprévisible.


    -Au fait, je m'appelle Eve. Eve Leigh.

    Un jour, je recompterai combien de noms ais-je bien pu inventer au cours de ces derniers mois. Celui là était peut-être un des meilleurs. Il sonnait plutôt bien. Mais cela n'était que mon très humble avis après tout...

_______________________
Please come now, I think I'm falling. It seems I found the road to nowhere, and I'm trying to escape... Creed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Jonhson

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/08/2009

You and your life...
Relations:
Humeur:
100/100  (100/100)
Race, et ce qui vous concerne...:

MessageSujet: Re: L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve   Ven 28 Aoû - 19:42

-Si je pouvais vous offrir un cafe. Noir et sans sucre

J'aussais un sourcil puis regarda ma montre, hum... Il etait tard, un cafe a cet heure ? Je venais juste d'en prendre un. Mais je n'allais pas refuser cette invitation si gentilment poser quand meme. J'eu une legere hesitation, bien que je savais deja ce que je voulais.

-Hum... J'ai deja eu un cafe, et je crois etre capable de rester eveille toute le reste de la nuit. Mais je serais ravis de prendre n'importe quoi d'autre avec toi.

Puis je me rendis compte que je la tutoyais, des la premiere phrase je m'etais mis a lui parler comme ca, et elle avait eu une drole d'expressions. J'esperais seulement ne pas l'avoir vexer en fesant ca. Elle mne l'aurait surement dit si cela avait ete le cas. Je decida donc de continuer sur cette voix. Durant tout ce temps, je ne l'avait pas quitter des yeux, non... Je ne voulais pas me separer de l'ocean. Finalement, je separa mon regard su sien pour observer sa main replacer une de ses meche de cheveux. Elle me tendis sa main, doigts fin et peau pale, qui semblait aussi tres douce.

-Au fait, je m'appelle Eve. Eve Leight.

Je sourit, joli nom... Je saisis sa main, mais sans la serrer trop fort. Comme si j'avais peur de la briser. En effet, j'avais eu raison : Sa peau etait tres douce.

-Moi Steve, Steve Jonhson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satine P. Myers
    I scratch, I bite, I kill, I just play

avatar

Messages : 510
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 23

You and your life...
Relations:
Humeur:
80/100  (80/100)
Race, et ce qui vous concerne...:

MessageSujet: Re: L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve   Ven 28 Aoû - 20:46

    -Hum... J'ai déjà eu un café, et je crois être capable de rester éveillé tout le reste de la nuit. Mais je serais ravi de prendre n'importe quoi d'autre avec toi.

    Rester éveillé toute la nuit ? En ce qui me concernait, dormir n'était pas une de mes priorités. Je restai cependant perplexe sur le "je serais ravi de prendre n'importe quoi d'autre avec toi.". Qu'insinuait-il par ce "n'importe quoi d'autre" ? Etait-il plutôt tisane aux herbes, ou une bonne vieille vodka ? De toute manière, à l'instar de mon insomnie perpétuelle, mon estomac n'était prêt à accueillir ni nourriture, ni boisson. Mais j'avais, au fil des années, développé la fascinante faculté de faire croire que mon assiette se vidait peu à peu, alors qu'elle restait éternellement pleine. Trier mes aliments, les découper, morceau après morceau, les changer de place, poser mes couverts, les reprendre, rejouer avec, le tout était d'une simplicité étonnante. Comme tout, d'ailleurs. Il serait donc tout aussi facile mimer la consommation d'une tasse de... je ne sais quoi d'ailleurs.

    -Moi Steve, Steve Jonhson, se présenta-t-il à son tour.

    Etait-ce également un faux nom ? Cela était si improbable que ça en devenait tout à fait réaliste. Dans tous les cas, soit ses parents avaient du goût, soit c'était lui qui en avait. Steve me rendit ma poignée de main, avec faiblesse, je l'avoue. Je m'attendais à plus de force, de puissance. Mon sourire ne s'éteignit cependant pas, trop accroché à mes lèvres pour cela.

    -Comme tu voudras, sifflai-je d'un ton réjoui. Où veux-tu aller ?

    Passant inconsiemment une main dans mes cheveux, je me rendis compte qu'ils étaient attachés en un chignon très serré. Trop serré. N'aimant généralement pas ces coiffures inconfortables et obséquieuses faites pour des soirées tout aussi inconfortables et obséquieuses, je les détachais avant de repasser mes doigts afin de séparer les mèches emmêlées. Certes, cette coiffure n'allait pas du tout avec la robe bronze de satin que j'avais revêtu, agrémentée d'une large ceinture noire qui soulignait ma taille de guêpe et d'une paire de gants de la même teinte, mais cela m'importait bien peu. Steve ne ressemblait guère à l'un de ses bourgeois qui regardaient les vêtements portés. Non, lui paraissait appartenir à la classe de ceux qui observent avant tout le physique. Et je ne dis pas cela de manière péjorative, ou ironique, comme il m'arrive souvent de l'être, c'en était presque mélioratif. Et je tiens à mettre le mot presque en gros et gras, n'allons pas jusqu'à faire des compliments, tout de même.

_______________________
Please come now, I think I'm falling. It seems I found the road to nowhere, and I'm trying to escape... Creed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steve Jonhson

avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 19/08/2009

You and your life...
Relations:
Humeur:
100/100  (100/100)
Race, et ce qui vous concerne...:

MessageSujet: Re: L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve   Lun 31 Aoû - 23:59

Elle sembla un peu trouble a cause de ma derniere phrase, je me mordit la levres, c'est vrai que je n'avais pas ete tres delicat sur ma cette phrase. Je me gratta la nuque un peu mal a l'aise. Mais apres l'avoir plus attentivement observer, je vit que cela ne la derangais pas plus que ca. Bon, allons... Je vais pas dramatiser juste pour ca ! C'est pas mon genre !

-Ou veut tu aller ?

Je lui souris, bien, elle me laissais le choix. C'etait gentil, mais je n'avais vraiment pas d'idee sur le coup.

- Je ne sais pas vraiment, tu connais un endroit bien ?

C'etait une bonne occasion de connaitre de nouveaux endroit, si jamais je ne le connaissais pas deja. Ce qui serait tres probable, j'avais deja visiter la plus part des batiment de cette fichue ville. Quelque chose fit tilt dans ma tete.

-Mais dit moi, est-ce que ton petit ami ne serait pas inquiet de te en trian de discuter avec un autre homme si tard dans la nuit ?

Lui dis-je. Bien sur je fesais allusion au gars qui l'acompagnait au resto tout a l'heure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satine P. Myers
    I scratch, I bite, I kill, I just play

avatar

Messages : 510
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 23

You and your life...
Relations:
Humeur:
80/100  (80/100)
Race, et ce qui vous concerne...:

MessageSujet: Re: L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve   Mar 1 Sep - 2:23

    Peu à peu, je me glissais dans la peau d'Eve, pour repousser ma véritable nature, ce que je m'étais entraînée à faire des milliers de fois. mon existence n'était peut-être constituée que de rôles, je n'étais probablement moi-même que lorsque j'étais seule, ou en mauvaise compagnie.
    Ne laissant pas ce petit sourire dont moi seule avait le secret de mes lèvres, fixe et vibrant à la fois.


    -Je ne sais pas vraiment, répondit-il. Tu connais un endroit bien ?

    Nous avions donc deux options en vitrine. Soit Mister Jonhson jouait les gentlemen en me laissant choisir, ce qui, d'après le code de Madame de Rothschild n'était pas du meilleur goût, ou bien Steve était si peu sûr de lui qu'il craignait de prendre la mauvaise décision.
    Problème aussi, car j'ignorai dans quelle sorte d'endroit Milord désirait se rendre. Plutôt Coffee Shop, ou bien boite avec vente de cachet peu recommandables et joints à la pelle à l'arrière ? De toute manière, je m'en foutais un peu. La seule chose qui comptait était d'échapper à Evan. Que Steve avait d'ailleurs semblé remarquer dans le Piers.

    -Mais dis moi, est-ce que ton petit ami ne serait pas inquiet de te voir en train de discuter avec un autre homme si tard dans la nuit ?

    -Tu veux parler d'Evan ? Sincèrement, je pense qu'il se trouvera sans le moindre problème quelqu'un pour discuter à propos de l'agriculture Thaïlandaise, les conséquences qu'elle apporte au marché mondial, et son influence sur notre consommation alimentaire. Si tu veux mon avis, je ne suis même pas sûre que ce soit un homme, ironisai-je.

    Un bref silence se fit, avant que je ne me rende compte de mon erreur. Si nous commencions à parler vampires et métamorphes, nous n'étions pas sortis d'affaire...

    -Ce mec doit certainement être un robot ou quelque chose dans ce goût là, riais-je avec un rire qui sonnait étrangement faux et nerveux.

    De plus, j'ignorai si il était au courant de ce qui se tramait actuellement à Cantbury. Je ne savais même pas si il était du coin, alors... De toute évidence humain - il buvait, mangeait - il n'était cependant pas à l'abri d'une nature de métamorphe ou d'ange. De toute façon, ce n'était pas pour cette guerre misérable, pathétique et puérile et j'étais là, mais pour m'occuper l'esprit. Mon manoir me paraissait ennuyeux, j'étais lassée de jouer aux professionnelsdel'enquête.com, et tuer quelqu'un ne m'aurait conduit à rien. J'étais parfaitement conscience que certains démons pratiquaient le meurtre comme le golf, mais, personnellement, je le préférais toujours lorsqu'il y avait un but. Cela rajoutait une dose de piment, comme si l'on misait de l'argent sur le nombre de coups du trou 16.
    Préférant changer de sujet de conversation, j'enchaînai dûment :


    -Bien, je crois qu'il n'y a plus grand chose d'ouvert à cette heure-ci, fis-je en jetant un bref coup d'oeil à ma montre. Mais si tu veux, j'ai peut-être une autre idée.

    Je regardais rapidement à droite et à gauche avant de traverser notre fameuse chaussée, sachant très bien qu'il me suivrait. A mi-chemin, je me décidai enfin à murmurer :

    -Tu es déjà monté en haut de la colline ? Là où il y a les anciennes ruines ?

_______________________
Please come now, I think I'm falling. It seems I found the road to nowhere, and I'm trying to escape... Creed


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ennui vous ferait vraiment faire n'importe quoi - PV Steve
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parce que l'amour vous fait faire n'importe quoi... [PV : Andrew Clensen / Alistair M. Fitzbern]
» Quand l'ennui vous pèse, la plume vous apaise...
» Je ferais n'importe quoi pour toi. [Kyoko]
» Quand l'ennui nous pousse à faire de drôles de choses... [ LIBRE ]
» naoTsuen se présente à vous (il aime faire des rêves lucides)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Strange Cantbury :: • Cantbury • :: • Are you hungry ? :: •Restaurant Piers ( Français)-
Sauter vers: